Archives pour la catégorie exposition

La chevauchée du CAC40 @ Futur en Seine 2013 / Le Centquatre



Du 13 au 16 Juin 2013, j’ai pu présenter une nouvelle version de La chevauchée du Cac 40 lors de Futur en Seine 2013 qui se tenait au Centquatre, à Paris. Dans les versions précédentes de cette performance, des musiciens expérimentées jouait une partition générée en temps réel à partir des fluctuations du cac40. Cette fois, les spectateurs étaient invités à essayer une variante, où, équipés d’une guitare issue du jeu Guitar Hero, ils devaient jouer une interprétation heavy metal (ou hard-rock si vous préférez ) de la bourse en suivant les symboles colorés apparaissant à l’écran.

L’algorithme générant la partition musicale était loin d’être au point et offrait un résultat à l’oreille… assez spécial. C’est décidé, la prochaine fois je travaillerais avec un compositeur.

 



Le projet a d’ailleurs évolué depuis l’idée de départ (permettre au gens de jouer de la musique directement sur leur portable ou tablette, à l’aide d’une application web en HTML5, et en suivant une partition sur un écran externe) qui s’est révélé impraticable à la fois pour des raisons techniques (jouer et synchroniser du son en HTML5 sur smartphone est actuellement aussi chiant qu’un film de Michael Haneke sous antidépresseurs ) et également en terme de gameplay et d’amusement (jouer de la musique sur un écran tactile, c’est vite lassant). J’ai donc préféré utiliser une guitare de Guitar Hero branchée sur mon programme Processing, celui-ci envoyant des signaux midi vers le logiciel Fruity Loops et son plugin Slayer, qui génère des bruit de guitares virtuelles tout à fait convaincantes.

 

Le projet tel que je l’avais conçu au départ, avec une interface HTML5 fonctionnant sur un smartphone ou une tablette.

Je trouve qu’il y a parfois une forte proximité entre l’exécution d’une partition musicale par un musicien et le joueur de jeu vidéo qui doit compléter un niveau d’un jeu de plateforme. Le jeu devient une partition, où chaque action doit être exécutée au bon moment, avec toutefois une certaine latence ou liberté que l’on pourrait comparer au style ou à de l’improvisation en musique. Le jeu et le concert, pris dans leur dimension de spectacle partagent par ailleurs un aspect performatif. Le jeu n’est plus une finalité et ne s’arrête pas à l’écran, mais englobe aussi les joueurs (cf. Johann Sebastian Joust), de la même manière qu’un concert n’est pas juste de la musique mais comprends aussi la performance des musiciens.

Dans cette vidéo où le classique Super Mario Bros est jouée par une intelligence artificielle, l’analogie entre la partition musicale et le jeu me paraît évidente. (évidemment, cette comparaison ne tient que sur des jeux avec un gameplay rigide, qui ne laissent que peu de choix au joueur ).

Sur le rapport performatif entre jeu (jouer au jeu) et musique (jouer une partition ), il y a aussi ce projet de Riley Harmon, Show me how (not ) to fight, où des musiciens jouent à partir d’une partition générée par les actions des joueurs du jeu vidéo Counter Strike.

 

Je peux enfin allier mes deux passions: le métal sataniste et le trading à haute fréquence.

Futur en Seine fut par ailleurs pour moi l’occasion d’une discussion avec un critique d’art numérique auto-proclamé, qui m’assura que l’art numérique ne pouvait être que génératif (ah bon ? ) et construit avec du code (vraiment ?). Il m’expliqua également avec une autorité que lui devait le hasard d’être (beaucoup ) plus âgé que moi, que le jeu vidéo, cet infâme gadget débilitant pour enfant, et que c’était tout de même mieux de notre temps quand on jouait dans le caniveau avec des cailloux et des bâtons, bref, que le jeu vidéo n’était pas digne d’être accoquiné à un art numérique si pur. Passons sur le fait que l’art génératif est une catégorie de l’art numérique qui souffle, facilement, ses 40 bougies (souvenez vous de Vera Molnar ou de Manfred Mohr ), que l’art numérique ne sous entend pas forcément la manipulation du code et enfin que le jeu vidéo a suffisamment de similitudes avec ce dernier et de richesses pour être digne d’intérêt et comparé à l’art numérique, voir peut-être prétendre au statut d’art numérique lui-même. Habituellement, j’essaie de me tenir à l’écart des traditionnelles discussions stérile à propos de ce qui relève ou non de l’art, mais je crois que je suis fatigué par le mépris à l’encontre de ce médium.

 

BONUS

Télécharge gratuitement* tes stickers du « Death Recession Tour 2013  » à imprimer toi-même  en cliquant sur l’image ci-dessous !!!

* Offre soumise à condition dans la limite d’un sticker par utilisateur. Cette offre à reçu le label Pur ®© délivrée par Hadopi.

Exposition: Quand les hamsters régnaient sur la terre

//

Du 15 novembre au 23 décembre 2013

Visages du Monde / 10, place du Nautilus – Cergy-le-Haut
Tel : 01 34 33 47 50 Contact / accueil.vdm@ville-cergy.fr

Horaires d’ouverture / Mardi, mercredi, jeudi et vendredi
de 12h30 à 19h00 / Samedi de 12h30 à 18h00 /
Dimanche de 12h30 à 17h00

VERNISSAGE ouvert à tous
Vendredi 15 NOVEMBRE 2013 à partir de 18h00

 

A l’issue de la première résidence “arts numériques” à Cergy, l’artiste
Florent Deloison dévoile le scénario d’une humanité dominée par le
monde animal. Après avoir domestiqué les hommes, hamsters et
poissons (rouges) deviennent de redoutables adversaires de jeu. A
travers ses pièces vidéo-ludiques, l’exposition vous offre de représenter
votre espèce dans plusieurs épreuves olympiques face à des animaux
en chair et en os.

Croisant les références au cinéma de science fiction, à l’histoire politique
du XXe siècle et au jeu vidéo des années 80 ou 90, les jeux de Florent
Deloison nous plongent dans des expériences décalées à forte portée
symbolique. Ici, le dispositif ludique interroge avec humour et acidité un
anthropocentrisme enraciné dans notre culture. En confiant des
contrôleurs de jeu à des animaux, en les rendant aussi efficients qu’un
joystick, il devient dispositif de communication. Homme et animal parlent
le même langage : celui de la performance ludique et sportive, d’une
compétition qui vire à l’absurde.

Né en 1983, Florent Deloison est artiste contemporain et enseignant à
l’ENSCI. Depuis ses études à l’Ecole d’arts d’Aix-en-Provence puis à
l’ENSAD, il choisi le jeu vidéo comme son principal support d’expression
artistique. Exposées notamment au Centre Pompidou ou au 104 (Futur en
Seine 2013), ses pièces interrogent notre rapport à la société de
l’information, à l’économie et à la politique.

Xavier Girard

 

HAMSTER OLYMPICS intro from VdmLab on Vimeo.

//

Hommage à New York & DNA Brigade @ Gamerz 08

//
//

A l’occasion du festival Gamerz 08, qui s’est tenu à Aix en Provence du 19 au 28 Octobre 2012, j’ai présenté deux projets, une nouvelle version d’Hommage à New York, et un nouveau jeu, DNA Brigade.

 

Hommage à New York

Hommage à New York est un jeu de casse brique dont l’unique but est de détruire son propre code. Un programme informatique, au bout d’un certains nombre d’heures d’utilisation finit irrémédiablement par planter, même sans action de la part de l’utilisateur (d’où peut être l’intérêt un peu vain de quelques uns pour les concours d’uptime ).

 

 

Tout programme informatique, de par sa conception, son architecture, possède le code et les clés de sa propre destruction. Le même processus a lieu au sein de notre corps, ou les cellules ont une durée de vie limitée et possède une mort programmée, nommée apoptose. On pourrait comparer ce processus d’auto-destruction à l’oeuvre dans la finance mondiale ou bien encore dans la chute du World Trade Center, due à sa structure architecturale particulière qui n’était pas prévue pour résister au choc d’un avion de ligne rempli de kérosène (alors que le crash d’un avion dans l’Empire State Building en 1945 avait à peine ébranlé le bâtiment ).

 

Crédits Photos 1 & 2: Festival GAMERZ – Luce Moreau

//

//

DNA Brigade

DNA Brigade est un shoot’em up où le joueur dirige le vaisseau de la brigade ADN, une équipe de choc qui est miniaturisé et envoyé à l’intérieur du corps de l’artiste (c’est à dire, moi!). En modifiant et en recombinant l’adn de Florent Deloison, le joueur peut ainsi changer des parties de son corps, le réinventer, voire même le détruire.

//
Il s’agissait ici d’une première ébauche d’un projet que j’aimerais rendre accessible plus tard sous forme d’un jeu « de luxe », personnalisé pour chaque joueur et tournant sur tablette ou ordinateur. Dans le prix du jeu serait compris une analyse ADN que le joueur devrait effectuer (de nombreuses entreprises à l’étranger pratiquent déjà ce genre d’analyse à des prix inférieurs à 100 $). A partir des résultats de cette analyse, les niveaux seraient générés et donc propre à chaque joueur. Une fois que le joueur aurait fini le jeu (et donc modifié son corps ), celui ci se verrait remettre une statuette à son effigie « génétiquement modifiée par lui même » (qui pourrait être fabriquée avec une imprimante 3D).

 

 

Actuellement, l’analyse de l’ADN et la manipulation du vivant (ou du végétal, voir les OGM par exemple) sont devenus monnaie courante et peu coûteuse. Dans un avenir proche, nous serons en mesure d’utiliser la modification génétique pour le meilleur ou pour le pire, de la même manière que nous changeons notre profil Facebook aujourd’hui. J’ai envie de questionner à travers ce projet les problèmes d’éthiques scientifiques que vont poser ces nouvelles possibilités techniques, notamment les risques de dérives vers l’eugénisme (je repense par ailleurs à cette affaire récente ). Ce qui m’intéresse aussi, c’est de récupérer des données du monde réel pour alimenter un jeu vidéo (cf. mes projets précédents Excel Warrior, Tweet Runner, Recession Kid). Là encore, je veux utiliser le jeu comme un outil pour modifier et remodeler notre environnement et son code intrinsèque.

 

//

L’univers du jeu est inspiré du film de Richard Fleischer de 1966, Le voyage Fantastique , où des médecins sont miniaturisés et envoyés dans le corps d’un patient. Autres sources d’inspirations, le quasi-remake de Joe Dante en 1987, L’aventure intérieure , et enfin, Rex Ronan : Experimental Surgeon, un jeu éducatif sorti en 1994 sur Super Nintendo pour sensibiliser les enfants aux dangers du tabac (note: ça n’a pas vraiment fonctionné sur moi…).  Les musiques du jeu sont quand à elle issue d’un obscur groupe de Space disco français, the Droids.

 

 

//



GAMERZ 08 – Florent Deloison par Festival-GAMERZ
//

La chevauchée du CAC 40 @ Obs/IN 2011 Arles

///

///

 

La Chevauchée du CAC 40 est une performance où des musiciens jouent en se basant sur une partition générée en temps réel par les fluctuations de la bourse. Cette version était interprétée par les professeurs et les élèves du conservatoire de musique d’Arles.

///

M.A.R.I.A.N.N.E.

//

Mécanisme Automatisé de Réponse Informatique et Analytique aux Neurasthénies Non-patriotiques des Electeurs

//

La cabine de confession citoyenne automatisée M.A.R.I.A.N.N.E. vous permettra de confier vos futurs choix électoraux à sainte Marianne, patronne de la république, mère aimante, compagne compréhensive et oreille du pouvoir.
Névrosé du vote utile au second tour, anxieux face à vos choix anti-patriotique à l’approche des élections ? Nos ingénieurs ont enfin la solution !
Issue de la haute technologie française de surveillance télématique ayant déjà fait ses preuves en Tunisie et en Egypte, la cabine de confession citoyenne automatisée M.A.R.I.A.N.N.E. conservera précieusement vos secrets électoraux les plus intimes.

//

//

Télécharger M.A.R.I.A.N.N.E.

Windows

Mac / osx

Configuration requise

-webcam
-Java installé
-Une carte d’électeur valide

M.A.R.I.A.N.N.E. a été présentée avec d’autres créations du Graffiti Research Lab France à l’occasion de la soirée “Aux urnes, et caetera” qui se tenait à La Cantine.

M.A.R.I.A.N.N.E. fonctionne à l’aide des librairies GLGraphics et OpenCV