9/11 loop

 

9/11 loop est un vieux projet datant de 2009 que j’ai remis en route. Il s’agit d’un bot Twitter qui diffuse les dépêches émises par l’AFP le 11 septembre 2001, en temps réel « décalé » (c’est à dire à l’heure exacte à laquelle elles avaient été publiées).

 

C’est un mardi de Septembre banal. J’ai 17 ans, je vais bientôt commencer mes études supérieures, mais pour l’heure je suis encore en vacances. J’allume la télé pour jouer à Final Fantasy IX sur Playstation. TF1 (la télé s’allumait toujours sur la première chaine), volutes de fumée recouvrant la ville comme à la fin d’Akira, moment d’incrédulité. Pour ajouter à l’incongruité de l’ensemble, un extrait de Star Wars est diffusé à l’antenne par erreur… Et puis il y a ces images, obsédantes, en boucle, des avions filant vers le les tours, image qui perdra un peu plus de sa réalité à chacune de ses répétitions.

Répétition de l’image, mais également de ce sentiment de déjà-vu, par les références à la fiction ou à l’Histoire que l’on va très vite associer à cet évènement. (j’ai d’ailleurs toujours pour vague projet de compiler toutes les reconstitutions en 3d du World Trade Center au cinéma).

Le rôle de l’image est hautement ambigu. Car en même temps qu’elle exalte l’événement, elle le prend en otage. Elle joue comme multiplication à l’infini, et en même temps comme diversion et neutralisation. […] Qu’en est-il alors de l’événement réel, si partout l’image, la fiction, le virtuel perfusent dans la réalité ?  
( Jean Baudrillard dans L’esprit du terrorisme, texte brillant publié quelques semaines après les attentats. )

Dans Différence et répétition, Deleuze cite Hume pour étayer sa thèse : La répétition ne change rien dans l’objet qui se répète, mais elle change quelque chose dans l’esprit qui la contemple.

Peut-être que répéter un évènement consciencieusement, sa narration par les médias, aux limites de la simulation comme dans 9/11 loop, est une façon de se ré-approprier l’inconcevable…

Pour moi qui avait longtemps biberonné à la SF pessimiste et au post-apo, c’était de le début de la troisième guerre mondiale. On allait tous être enrôlés de force pour combattre dans une guerre absurde, entassés dans une caserne semblable à celle à côté de mon lycée . Je ne finirais jamais Final Fantasy IX et je ne commencerais jamais mes études. Et les théoriciens de la « fin de l’Histoire » s’étaient décidément bien plantés…

Evidemment, ce ne fut pas la fin du monde, mais un glissement subtil et sournois dans une nouvelle ère. Je suis resté longtemps marqué par cet évènement à la dramaturgie parfaite, réunissant l’unité de temps, de lieu et d’action, tout comme je suis fasciné par cet instant de basculement à la télévision entre les programmes aseptisés, et la réalité brutale.

Par ailleurs, j’aime beaucoup l’idée, dans les histoires paranormales et autres légendes urbaines qu’un évènement marquant, traumatisant, laisserait une trace, et serait condamné à être répété sous forme d’écho, ou d’apparition brumeuse. Je me demande si mon intérêt pour la boucle, la répétition du temps et que j’ai exploré dans d’autres projets n’est pas né devant ce funeste évènement ?

Hommage à New York III – Glitch Boy

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Hommage à New York III – GLITCH BOY from Florent Deloison on Vimeo.


Hommage à New York III est un jeu de casse brique sorti sur la console électronique fictive GLITCH BOY au début des années 90. Dans ce jeu, au lieu des détruire des briques, le joueur doit détruire le code informatique à l’origine du jeu, qui finit immanquablement par s’arrêter de fonctionner lorsque des commandes essentielles au programme ont été supprimées par le joueur. Un gros bouton rouge situé sur la console permet de rédémarrer le jeu.


Hommage à New York n’a pour unique but que sa propre destruction, il est impossible de réellement gagner. Le titre provient d’une sculpture auto-destructrice de Jean Tinguely et Billy Klüver présentée en 1960.

Hommage_NewYork_III_Glitch_Boy_Pub_VHSRIP_TF1_22_11_1990.mp4 from Florent Deloison on Vimeo.

La semaine dernière, alors que j’attendais le métro à Place d’Italie, un vieil homme, le visage buriné, cheveux longs et collier en os autour du cou s’est approché de moi. Sans un mot, il m’a tendu une enveloppe en kraft. Puis il est reparti en silence. L’enveloppe contenait une cassette vidéo, que je me suis empressé de visionner une fois chez moi, après avoir mis la main sur un antique magnétoscope. Voici le contenu de cette cassette…



Hommage à New York III is a block-breaking game released for the fictional GLITCH BOY handled game console in the early 90s.


In this game, instead of destroy bricks, the player must destroy the computer code behind the game, which end by inevitably stop working when commands essential to the program have been deleted by the player. A large red button on the control panel allows you to restart the game.


Homage to New York has for sole purpose its own destruction, it is impossible to actually win. The title comes from a self-destructive sculpture by Jean Tinguely and Billy Klüver presented in 1960.

A propos de Struggle for Life

 

Struggle for Life est une application pour téléphone Android qui fait pulser et vibrionner l’écran du téléphone au gré du niveau de sa batterie. Lorsque la batterie de ce dernier devient faible, il choisit un numéro au hasard parmi les contacts et envoie un SMS avec des indications sur sa localisation, en implorant de l’aide.

 

struggle_gif_2

 

Le titre fait référence au livre de Charles Darwin, De l’origine des espèces (The origin of species by means of natural selection, or the preservation of favoured races in the struggle for life ), au sein duquel il exposait ses théories autour de l’adaptation, où comment les êtres vivants développent des mécanismes pour s ‘adapter à leur environnement et survivre.

La lecture d’une légende urbaine m’a également beaucoup inspiré. Dans les années 2000, aux Etats-Unis, une rumeur racontait que des téléphone sans fil dont les batteries étaient mourantes appelaient le 911 (numéro d’urgence américain ). A priori, il s’agissait plus d’un bug technique (ouf!), que d’un phénomène paranormal ou d’un mécanisme de survie mis au point par des appareils qui auraient eu une soudaine conscience de leur finitude.

Je me dois bien sûr d’évoquer l’animisme, une croyance où tous les éléments, y compris les objets inanimés possèdent une âme. Ainsi, au Japon (et plus rarement en occident), on baptise les téléphones durant des cérémonies. Au passage, Saint Gabriel est le saint patron des transmissions…

J’ai toujours trouvé profondément touchante la scène de la « mort » d’HAL 9000 dans le film 2001, l’odyssée de l’espace. Vers la fin du film, pour mettre un terme aux agissements de l’ordinateur psychotique, le cosmonaute Dave Bowman décide de le désactiver. Perdant peu à peu la mémoire, HAL 9000 implore Dave, d’une voix monocorde, tel un enfant apeuré, de renoncer à son projet. Avant sa désactivation complète, il lui propose de lui chanter une chanson (qui s’avère être la première chanson interprétée par un ordinateur ).

 

sms

 

Enfin, lorsque j’étais encore étudiant et que je croyais que voter servait encore à quelque chose, je travaillais à l’hôpital d’Avignon, où je fus témoin d’une scène tragique. Un midi, alors que je revenais de la cantine, un patient venait de faire un arrêt cardiaque. De longues minutes (15 ? 20 minutes ?), avec le personnel qui s’affaire, l’impression d’être inutile, les deux médecins-chef du service qui s’engueulent (l’un veut continuer à réanimer, l’autre pas à cause des séquelles). La violence de ce corps partagé entre la souffrance, la lutte et le relâchement m’avait vraiment marqué. Dans ces moments-là, le corps semble hésiter, s’abandonner, tout en s ‘accrochant par soubresauts à la vie. Et au final, le coeur repart, l’histoire finit bien, même si tu sais que le patient gardera des séquelles à vie…

 

Struggle for Life

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

 

 
Votre téléphone lutte pour sa survie.

Struggle for Life est une application pour téléphone Android qui fait pulser et vibrer l’écran du téléphone au gré du niveau de sa batterie. Lorsque la batterie de ce dernier devient faible, il choisit un numéro au hasard parmi les contacts et envoie un SMS avec des indications sur sa localisation, en implorant de l’aide.

Disponible sur Google Play

 

Your phone struggles to survive. 

Struggle for Life is an application that makes pulse and vibrate the phone screen according the level of its battery. When the battery becomes weak, it chooses a random phone number from the contacts and sends an SMS with information on its location, imploring help.

 

Disponible sur Google Play

 

 

Le Giscard-Punk expliqué aux générations X, Y et Z.

Giscard Punk

 

Souvent, les plus jeunes d’entre vous me demandent des explications sur le Giscard-Punk. Loin d’être un spécialiste de la question, je vais tout de même tenter de vous donner quelques éclaircissements.

La science-fiction a donné naissance à de nombreux sous-genres, tel le cyberpunk qui décrit des mondes dominés par la technologie et les réseaux, remplis de hackers antihéros et de méga-corporations, ou bien encore le steampunk, qui a pour postulat une société restée bloquée à l’époque de la vapeur et de la révolution industrielle, en lieu et place de l’électricité.

Sur le même modèle, le Giscard-Punk (que l’on peut également orthographier en Giscardpunk ) est une uchronie dystopique ayant pour point de départ la réélection de Valery Giscard d’Estaing en 1981. A partir de là, la france, redeviendra une grande puissance mondiale, les villes seront reconstruites afin de ressembler à la Défense, nouveau modèle d’urbanisme et toute l’innovation technologique restera centrée sur les succès des années 70 et 80 (minitel, TGV orange…).

Mon travail artistique consiste ainsi à montrer des objets de cette époque qui n’a jamais existé. Je n’invente rien, je ne suis qu’un passeur.

Quant à la réalité de notre monde,et bien nous vivons dans un parc d’attractions construit pendant l’ère du Giscard-punk afin de montrer le cauchemar que serait un monde sans Giscard au pouvoir. Nous évoluons ainsi dans des décors truqués, entourés d’animatroniques (c’est la seule explication logique que j’ai trouvé à Manuel Valls).

 

Pour vous aider à vous repérer, voici une chronologie du Giscard-Punk (1981-2012) :

1979 Grace à l’intervention des meilleurs agents de la DGSE, l’affaire des diamants de Bokassa est promptement étouffée. Ils démontreront qu’il s’agit en réalité d’un complot socialo-communiste téléguidé depuis Moscou (avec la complicité de Mitterrand) afin de déstabiliser les intérêts de la France.

1981 Valery Giscard d’Estaing remporte l’élection présidentielle avec un score historique de 99,7 %. Fin de la 5è république. Avec la nationalisation de Dassault, la France devient un complexe militaro-industriel.

1982 Les indépendantistes bretons prennent en otage l’école d’art de Rennes et proclame la République Autonome de Bretagne. En représailles, le gouvernement Français lance une bombe atomique sur Rennes, rayant la Bretagne de la carte, qui deviendra un no man’s land sans aucune traces de vie humaine (même les punks à chiens). Le réalisateur russe Andreï Tarkovsky y tournera d’ailleurs son film Stalker 2 : l’ultime combat (et la fameuse scène de la galette-saucisse).

1983 Naissance de Florent Deloison. Les rois mages suivent l’étoile du berger jusqu’à la clinique Camille Desmoulins à Amiens, mais ils sont arrêtés par la police aux frontières. Melchior et Balthazar seront renvoyés dans leur pays.

1984 Premier assassinat de Valery Giscard d’Estaing. Les chercheurs du CEA, qui viennent de mettre au point un portail inter-dimensionnel (fonctionnant avec de l’énergie atomique Française), iront chercher un double de Giscard dans un univers parallèle où il n’a pas été ré-élu, afin de le remplacer.

1985 L’extension du quartier de La Défense est enfin votée. La destruction du Paris historique commence, les immeubles Haussmanniens sont remplacés par des tours en verre fumé. Un autoroute urbain traverse de part en part Paris, avec des échangeurs dans les principaux quartiers touristiques.

1986 Second assassinat de Valery Giscard d’Estaing. Les scientifiques le reconstruisent en utilisant des pièces détachées de Thomson MO5. Il devient ainsi le premier cyber-président de la république.

1988 France Télécom dévoile le minitel portable. Révolutionnaire (il tient dans un sac à dos), il deviendra un énorme succès commercial et s’exportera à l’étranger, lançant ainsi la révolution de la télématique.

1989 Premier concert de Jean-Michel Jarre dans l’espace depuis la navette spatiale française Hermès.

1990 Suite à une dispute autour du cours de la betterave, l’indépendance de la Picardie est proclamée. Un fossé de 30 mètres de large est creusé le long des frontières du département. L’état français ne proteste pas, et prête même des engins de chantier pour accélérer le processus.

1993 Une attraction retraçant la vie du président Giscard est inaugurée à Euro Disney

1995 Décès du dissident François Mitterand, alors qu’il tentait de s’échapper du bagne de Cayenne (réouvert pour l’occasion). Il aurait caché un plan de la prison dans sa prostate.

1996 Reprise des essais nucléaires dans le Nord-Pas de Calais.

2006 Léger incident à la centrale nucléaire du Tricastin. 27.000 morts, 200.000 blessés.

2008 Début de la transition énergétique. A Paris, la tour Eiffel est transformée en forage pétrolier, le Sacré-Coeur est remplacé par une centrale nucléaire, et la ligne 1 du métro devient un gigantesque pipeline.

2009 Cette année n’a jamais existé.

2010 Profitant de l’absence de gouvernement, la Belgique est annexée. Les productions de frites, bière et techno gabber sont taxés et étroitement contrôlés.

2012 Les Phodopus sungorus (plus connus sous le nom de hamsters) , suite à des expériences de l’INRA sur les OGM ayant mal tourné, prennent le contrôle de la planète. Ils réduisent l’être humain en esclavage, et organisent des jeux olympiques afin de prouver leur supériorité. Fin de l’espèce humaine.